Malaisie – 25/04/2011 -

 

 

Le 25 mars 2011, nous arrivons de bon matin à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie, localisée sur la côte ouest malaise. Gros choc à l’arrivée ; tout est lisse, clean, organisé…Nous avions presque oublié comme tout pouvait être simple.

 

 

La Malaisie aux origines « hindoues-bouddhiques » est, en grande partie, convertie à l’islam, transition culturelle opérée à partir du début du 15 ème siècle après J.-C. . Le pays regorge de temples hindous souvent construits dans les montagnes aux creux de grottes gigantesques, de splendides mosquées, parfois un peu trop « neuves » à notre goût, ainsi que de nombreux temples chinois. La Malaisie compte plusieurs religions différentes dont le  bouddhisme, l’hindouisme, le taoïsme, et l’islam (…). La religion la plus présente est l’islam.

 

 

Kuala Lumpur marie les différents quartiers, mélangeant les cultures et les styles. Little india et chinatown cohabitent avec les quartiers chics, les grands centres commerciaux clinquants se dressent dans des tours vitrées impressionnantes alors que des mosquées modernes jouxtent d’anciennes demeures coloniales. Quant à la foule bigarrée, elle  fait de Kuala Lumpur une capitale cosmopolite bien sympathique. Les quartiers reliés par des rails-ways aériens sont entrecoupés de nombreux parcs gigantesques et splendides, véritables poumons de cette ville ultra-moderne qui a su garder un charme certain et qui propose toutes sortes d’activités et de visites intéressantes.

 

 

Nous nous laissons porter dans les hauteurs vertigineuses des Twines Towers malaises,  plus hautes tours du monde avant la surenchère de Dubaï.

 

Nous rencontrons la famille Glenn de Levaud ( cf liens) et leurs deux enfants et échangeons nos impressions de voyage. Eux s’en vont en Inde le lendemain et termineront leur périple dans quelques mois alors que nous allons « suivre leurs traces » en remontant sur la Thaïlande, le Laos etc. Nous passons d’agréables moments en leur compagnie et les retrouverons avec plaisir dans notre beau canton de Vaud…

 

 

Nous récupérons notre c.c à Port Klang le lendemain de son arrivée, après 6 jours en mer, sans un seul problème grâce à One $ (cf. pratique shippements) qui s’occupe de tout, nous invite à manger, nous hébèrge une nuit et en passe la moitié penché avec nous sur la carte d’Asie du sud-est, nous montrant tous les coins sympas à visiter. Notre aventure asiatique commence bien.

 

 

De Kuala Lumpur nous longeons  la côte pour nous rendre à Malacca, où Melaka,  jolie ville portuaire au passé mouvementé. Située entre l’Inde et la Chine, le port de Malacca était le point de passage obligé pour tout commerce maritime entre les deux nations. Ce commerce était contrôlé par les marchands musulmans et au fil des années, les souverains de la ville se convertirent à l’islam.  Au courant du 16ème siècle, les Portugais, les Néerlandais et les Britanniques se disputèrent successivement le contrôle du détroit. Comme toute la Malaisie, la ville de Malacca fût mise à l’épreuve des convoitises européennes et subit de nombreux affronts.

 

 

Actuellement encore, la vieille ville exhibe quelques beaux bâtiments coloniaux de l’époque portugaise, des quartiers hollandais aux maisons colorées, e belles églises anglicanes et des quartiers chinois où se trouvent les nombreux commerces, (les minorités chinoises ont fait main basse sur une grande partie du commerce contre une infime partie de malais qui reste beaucoup plus pauvre, ce qui a valu d’importantes émeutes dans tout le pays dans les années 19??).

 

 

La ville est colorée et charmante, avec ses nombreux canaux qui lui valurent le surnom de « petite Venise de l’est ».

 

 

Les tuks-tuks de Malacca sont réputés être les plus jolis de toute la Malaisie, avec leurs décorations kitchs à souhait, de fleurs en plastique et autres gadgets, poupées et bidules insolites. Nous squattons le parking devant le musée en surplomb de la place principale où siège fièrement l’église Christ Church et entamons notre 4ème nuit moite et trop chaude.

 

 

Le matin nous nous réveillons au milieu d’une séance de Tai Chi ou Chi Quong ( ?), entourés de personnes de tout âge, expirant puissamment sous nos fenêtres avec de grands Ahhhh, Uhmmmmm, pleins de grâce…

 

 

De Malacca nous descendons au sud, abordons la côte est et visitons quelques îles, dont Sibu Island où nous « snorcklons » au milieu des méduses. Si les plages sont jolies voire paradisiaques parfois, les détritus qui les encombrent nous font rouler et tourner quelques heures durant avant d’installer notre campement proche de l’embarcadère pour Sibu Island. A cet endroit, investit de quelques maisonnettes simples faisant office de café-restaurant, la plage est relativement propre,  les gens regroupant et brûlant les déchets le soir. Nous restons enlisés dans le sable et malgré nos plaques « anti-ensablement », nous nous enfonçons toujours plus. Nous nous affairons autour de notre c.c  provisoirement sédentarisé et sommes sauvés par deux malais passant par là. Encore une fois, nous sommes témoins de cette gentillesse et ce savoir-vivre caractéristique des malais; ils partent chercher leur jeep-buldozer 4×4, des cordes supplémentaires et nous voilà redevenus nomades en moins d’un set; nous en profitons pour changer de spot, et optons pour une terre un peu plus ferme sous un arbre majestueux.

 

 

Le vent, levé depuis quelques heures s’est intensifié et une branche énorme s’abat à quelques millimètres de notre capot…Ce qui est fait n’arrivera pas deux fois, telle est notre philosophie et nous ne bougeons plus. Inch’Allah, la nuit nous montrera bien si nous avons eu raison de rester là.

 

 

Nous remontons sur K.L et port Klang pour une petite halte chez one $ avant d’aller visiter les grottes de Batu (Batu caves) situées à 10 kil. au nord de K.L Ces grottes calcaires ont été aménagées en plusieurs temples hindous et représentent le plus  grand sanctuaire hindou hors des terres indiennes. Passés l’arche richement décoré et l’imposante statue de Murugan haute de 42,7 mètres, nous attaquons les 272 marches qui grimpent jusqu’à l’entrée de la grotte. La grotte centrale est richement décorée de statues hindoues dispersées dans les multiples petites loges naturelles et l’ambiance qui y règne nous renvoie en Inde le temps de la visite ( les indiens venant toucher Léna et Tom, prenant des photots des enfants,…).  Aux environs des grottes s’agite une multitude de macaques crabiers.

 

 

Plus à gauche de la grotte centrale se dresse une imposante statue d’Hanuman, dieu très populaire dans l’hindouïsme moderne, qui nous rappèle de nombreuses visites en terres indiennes. Hanuman, dieu de la sagesse, patron des lutteurs, fier et rapide, et le plus fidèle serviteur de Rama. Nous nous offrons le luxe d’une petite nostalgie, maintenant que nous sommes hors de l’Inde…

Après ce petit feedback indien, nous longeons la côte ouest vers le nord et vu le temps pluvieux abandonnons quelques plans de visites en route.

 

 

Nous visitons les magnifiques grottes de Perak Tong localisées à Jalan Kuala Kangsar, proche de la ville d’Ipoh. Ce temple bouddhiste chinois renferme plus de 40 statues de  Bouddha ainsi qu’une statue centrale de 12,8 mètres du Bouddha assis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’endroit est surprenant ainsi qu’est la vue imprenable sur les plaines environnantes que l’on aperçoit après avoir grimpé les 385 marches aboutissant sur les sommets ouverts de la falaise. Les murs de la grotte sont ornés de belles peintures mystiques.

 

 

Nous nous arrêtons pour la nuit en contre-bas de la sublime Mosquée de Kuala Kangsar. Au petit matin, nous remettons nos voiles remisés dans nos armoires depuis notre départ d’Iran et franchissons l’entrée de la Mosquée sous le regard bienveillant de son gardien, vieil homme courbé par les années ( de ferventes prières ?). Il nous offre un guide sur l’Islam après maintes paroles et gestes que nous ne comprenons pas toujours et de grands sourires édentés.

 

 

C’est  à Georgetown, sur l’île de Penang, que nous faisons une petite halte, profitant de faire un brin de toilettes à notre c.c.  et notre visa pour la Thaïlande. Cette île est reliée au continent par un long pont (le pont de Penang) qui franchit le détroit du même nom. L’état de Penang, constitué d’une partie insulaire reliée à l’île est le seul état en Malaisie où les malais sont minoritaires.

 

 

La ville de George Town en est un exemple probant. L’immigration continue de chinois originaires du Fujian explique la majorité chinoise de cet état. La ville regorge de temple chinois de toutes sortes, de sanctuaires chinois familiaux retraçant la généalogie des familles implantées ici.

 

 

Nous assistons à quelques rituels impressionnants et déroutants dont un rituel faisant appel aux esprits de l’enfant se trouvant dans le corps de l’ homme, afin de lui dévoiler par la pureté de son âme d’enfant les numéros gagnants du loto…Heureusement que nous étions en compagnie d’une famille chinoise pour nous expliquer tout ça, sinon nous n’aurions jamais deviné la nature de l’enjeu dit spirituel de l’événement!.

 

 

Merci à Yao et Khoo pour leur visite guidée et leur compagnie sympathique. A George Town nous nous laissons enfin tenter, bien que sceptiques, par les affreuses pyramides sucrées et multicolores, faisant office de dessert, de friandise, bref de péché mignon pour les Malais. Surprenant ! En fermant les yeux, nous pourrions même trouver ça vraiment bon. Trop sucré, mais pô mal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous remontons ensuite sur Langkawi, île paradisiaque de 500 km2 située à quelques 30 km au large de la péninsule malaise,dans la mer d’Adaman,  et où nous posons nos valises une semaine durant.

 

 

L’île présente quelques plages divines et nous nous laissons choyer dans un décor de rêve, notre c.c étant resté sur la terre ferme. Nous découvrons les mangroves en bateau, ainsi que de magnifiques grottes peuplées de chauve-souris géantes, les maisons de pêcheurs sur pilotis et leurs élevages de poissons « sauteurs » ainsi qu’une réserve naturelle peuplées d’aigles splendides. Les enfants profitent de cette halte prolongée pour découvrir les joies de la navigation en catamaran avec Philou à la barre (petite pensée pour Tonio).

 

 

Si la Malaisie est un pays très agréable pour voyager en c.c,  les routes modernes, souvent sans reliefs et monotones, traversant des paysages uniformes habillés par les plantations de palmiers à perte de vue, nous font presque ressentir une légère mélancolie en pensant à l’Inde…La déforestation et l’atteinte à la biodiversité qu’elle entraîne est un problème majeur dont les malais commencent à prendre conscience. Le manque de variété de la flore et la faune en est malheureusement très représentatif à notre plus grand regret.

 

 

La Malaisie est certes jolie et la population très accueillante, mais elle manque de reliefs à nos yeux, nous semble trop jeune, trop moderne et nous sommes contents de continuer notre route vers la Thaïlande. Nous n’aurons pas eu suffisamment de temps pour appréhender sa culture et nous la quittons pensant visiter sa côte est à notre retour, avant de continuer notre voyage vers l’Amérique du sud. Mais nos plans prendront une tournure bien différente et nous n’y reviendrons pas. Mais ça, nous ne le savons pas encore.

 

 

 

 

 

3 réponses à to “Malaisie – 25/04/2011 -”

  • prof foldingue:

    Je commande le papier pour le livre photo, euh je vais commander de quoi imprimer une encyclopedie Photo…

    trop beau toutes ces personnes, ces couleurs, ces ambiances et bien sûr vous 4.

    bises les poteaux !

    Yahoooooo

  • VAL:

    Merci ! Merci!
    Comme d’hab’ c’est excellant, photographies superbes, résumé parfait!
    Qu’elle formidable aventure, j’adore!
    Pleins de papouilles et surtout n’arrêtez pas de me faire réver!

  • josiane:

    WOUAH !!!!!!!!!!!!!!

    CERTAINES PHOTOS OU PLUTÔT PERSONNES VALENT LEUR PESANT D’OR !!!!
    LE BARBIER ………il connait son métier les yeux fermés, j’espère !!!

    ça me donne bien envie de reaprtir dans ces contrées asiatiques, zut !!!!!

Laisser un commentaire